Reconquete Parthenay

Citoyens, avec vous !

Montgazon, on ne nous dit pas tout, comme d’habitude !

L’école de Montgazon, futur pôle culturel ? On ne nous a pas tout dit, comme d’habitude !

Passe encore sur la méthode : M. le maire organise « une réunion de concertation » à huis clos, sans donner de documents aux participants et sans leur donner la possibilité de commenter le scénario « officiel » ni de faire des propositions alternatives. Une conception originale de la transparence et de la participation citoyenne.

Passe encore sur le fond, si réellement nous perdons 100 élèves tous les dix ans, il est légitime de repenser le système scolaire de la ville. Elle vieillit, les raisons sont à la fois démographiques, sociologiques et économiques. Notons que M. le maire n’a pas affiché, à notre connaissance, sa part de responsabilité en la matière, alors qu’il est aux commandes de la cité depuis 15 ans.

Passe encore sur les conséquences d’une délocalisation d’activités culturelles à Montagazon, bien qu’elles nous paraissent catastrophiques pour le centre-ville et ses commerces. Nous expliquions, dans un précédent Media Parth, que les communes qui réussissent à revitaliser leur centre-ville multiplient au contraire les flux de population vers le centre en lui donnant mille raisons de s’y rendre.

Mais nous ne passerons pas sur une question simple : si le coût de la rénovation et de la mise en accessibilité de l’école de Montgazon est la cause du départ des élèves, pourquoi cela coûterait-il moins cher à accueillir les enfants du centre de loisirs et des écoles d’arts plastiques et de la musique ? Dans les deux cas, il s’agit d’un établissement qui reçoit du public et doit donc répondre aux normes de sécurité et d’accessibilité.

La réponse est toute aussi simple : parce que M. le maire lorgne sur des recettes potentielles et qu’il change l’affectation des locaux pour cela, car une école primaire n’est pas éligible aux fonds visés. Souvenez-vous… La convention culturelle avec l’État… A moins que ce soit le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) et ses 4 millions d’euros réservés « aux projets innovants en faveur de la jeunesse »… Et si l’État, de cette manière-là, finançait 50 % de la rénovation du bâtiment de Montgazon que M. le maire de Parthenay a abandonné depuis si longtemps ? Bref, celui-ci n’a qu’un objectif : désaffecter l’école de Montagazon pour faire prendre en charge la rénovation du bâtiment par un autre financeur. Comme d’habitude, il agit en fonction du nombre d’œufs qu’il a compté dans le c.. de la poule ! Alors, on a envie de dire : tout ça pour ça ?


Leave a Reply

Your email address will not be published.