Reconquete Parthenay

Citoyens, avec vous !

Communiqué : M. Argenton, que faisiez-vous au temps chaud ?

Le Courrier de l’Ouest a publié mercredi 29 juin 2016, un article nourri et très complet au sujet de l’état d’extrême délabrement du patrimoine immobilier municipal, un état de fait que constatent, chaque jour, nos concitoyens. Parthenay, Ville d’Art et d’Histoire, a en effet le «malheur» de posséder un patrimoine très conséquent. Nous avons, bien sûr, une pensée émue pour le calvaire que doivent vivre, comme le maire de Parthenay, ceux de Carcassonne, Saint-Malo ou de Sarlat, probablement également embarrassés par leurs vieilles pierres… Heureusement, toutes les villes ne sont pas gérées de la même façon, certains maires ont même de l’ambition pour elles !
Interrogée sur ce sujet par la journaliste, l’adjointe au patrimoine, Nicole Lambert, apparaît largement dépassée par la réalité d’un parc foncier qui dépérit un peu plus chaque jour.

En effet, de manière chronique, les budgets alloués n’ont pas permis d’assurer le minimum, à savoir la sécurité et l’accessibilité et il aura fallu par exemple attendre un incendie et la chute de quelques blocs de pierre de son clocher pour que l’on s’intéresse à l’état de l’église St Laurent. Sans oublier de rappeler les éboulements qui ont affectés certaines portions des remparts et, les fermetures d’accès qui ont suivi. Nous avions également relayé dans le sixième numéro de MEDIA PARTH, l’état de décrépitude du bâtiment qui accueillait les services de médecine scolaire. Il ne fait aucun doute que le patrimoine n’est actuellement nullement envisagé de façon transversale alors même qu’il devrait être partie intégrante du projet économique de notre ville.


rempartphoto Francetvinfo.fr

Cet abandon n’est malheureusement qu’un exemple des conséquences de la politique de désendettement, à marche forcée, dont pâtit Parthenay depuis une douzaine d’années, Xavier Argenton en faisant son leitmotiv électoral à chacun de ses mandats. Le groupe RECONQUÊTE a toujours dénoncé cette fausse bonne idée, notamment lors de la campagne municipale de 2014 mais il est à craindre que nous ayons encore besoin de le faire. Après ces années de déconstruction organisée de ce qui pouvait faire sa richesse, Parthenay ne peut que récolter les fruits d’une telle politique de sous-investissement, d’absence d’imagination, d’absence d’impulsion économique et, au final, d’absence de vision. Les choix de M. Argenton sont purement politiques et leurs effets néfastes se manifestent aujourd’hui de manière désastreuse. Dès le début de son premier mandat, Monsieur ARGENTON, se posait en grand «désendetteur» de la ville, se justifiant d’une gestion en «bon père de famille», ce dont il continue toujours à se vanter sans étayer davantage sa vision, son projet, s’il en a un, pour les années à venir.
CE LANGAGE N’EST PLUS TENABLE ! ! !
Le niveau d’endettement par habitant d’une ville s’apprécie en fonction des capacités de remboursement des contribuables. Sans investissement, sans un minimum d’audace, d’imagination et de prise de risque, toute cité est condamnée au déficit d’attractivité, au repli économique et culturel, à son appauvrissement et à la réduction de ses capacités d’emprunt, ce qui enclenche un cycle mortifère tel que celui que connaît Parthenay, depuis trop longtemps.
La «facture» de cette gestion destructrice doit être clairement présentée à l’équipe en place avant qu’une nouvelle équipe municipale, de quelque composition qu’elle soit, n’arrive. RECONQUÊTE s’y emploiera !
Les vieilles pierres, comme les grands écrivains, ne demandent qu’à continuer de vivre et délivrer leur message. C’est Monsieur Jean de la Fontaine qui nous inspire ces quelques vers :

Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à ce dogmatique.

Nuit et jour à tout venant Je désendettais, ne vous déplaise.

Vous désendettiez ? J’en suis fort aise : Et bien ! Payez maintenant.

Anne-Laure BLOUIN, Présidente de RECONQUÊTE

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.