Reconquete Parthenay

Citoyens, avec vous !

Un référendum pour Montgazon : vraie ou fausse bonne idée ?

vote
Au Conseil municipal de Parthenay, hier soir l’opposition a proposé d’organiser un référendum à propos de l’école de Montgazon. Concrètement, un référendum local est en effet prévu par la loi et il s’organise de la façon suivante :
+ Il ne peut être décidé et organisé que par le maire (l’exécutif). C’est donc lui qui formule le texte, genre « êtes-vous favorable à la fermeture de l’école de Montgazon ? »
+ Le projet est adopté si la moitié au moins des électeurs inscrits a pris part au scrutin et s’il réunit la majorité des suffrages exprimés.

Si cette dernière condition est remplie, le référendum vaut décision que la collectivité locale organisatrice doit juridiquement suivre. Dans le cas contraire, le référendum n’a alors que la portée d’un avis consultatif.

Autrement dit, sur une formulation telle que l’exemple donné ci-dessus, si la majorité des votants dit OUI, le projet est adopté et il s’impose : l’école est fermée. Si une majorité dit NON, le projet n’est pas adopté… C’est un avis consultatif dont la collectivité aurait tout intérêt à tenir compte, mais rien ne l’y oblige. Elle peut décider de fermer l’école même avec une majorité de réponses négatives au référendum.

mc-ecole-primaire-montgazon

Tout dépend donc de la formulation de la question soumise à référendum et comme c’est le maire qui tient le stylo… On voit donc qu’un référendum peut être une vraie-fausse bonne idée ! Pour trois raisons :

+ Il y a fort à parier que la formulation soit favorable à la position du maire.

+ Réunir au moins la moitié des électeurs inscrits tient de l’exploit ! Et ce sera d’autant plus dur qu’un référendum local ne peut pas être organisé le même jour qu’une élection locale, nationale, européenne…

+ Interroger toute une population sur un sujet qu’elle ne connait pas est démagogique et contreproductif si on ne prend pas la précaution d’organiser préalablement une information précise à son intention.
Donc, pour que ce soit une vraie bonne idée, Reconquête propose que la question posée soit celle-ci : « Êtes-vous favorable au maintien de l’école de Montgazon, compte tenu des conséquences présentées par les deux parties lors de la réunion publique du… ». Si une majorité dit OUI, l’école devra être maintenue. À condition que 3600 personnes se déplacent pour voter !

Conseil municipal du 23 juin – les vidéos sont en ligne !

super8

Il faut bien le reconnaitre, nous avons encore eu affaire à une séance bien terne, dont on retiendra quand même l’intervention, plutôt sérieuse, de GRDF, qui donne l’impression de ne pas reproduire les errements de « Linky » dans son projet de compteur communiquant (pas de remplacement de compteurs des usagers, émissivité réduite au minimum, en particulier). Et enfin, l’intervention d’Albert Boivin, toujours intéressante – on connait l’investissement de l’élu sur les questions environnementales -, mais qui devient systématique dès qu’il s’agit de remplir un conseil un tant soit peu expéditif !

L’ordre du jour est bien sûr disponible sur le site de la mairie, encore faut-il le trouver… (ce serait bien que les convocations et comptes-rendus soient correctement classés, merci d’avance !)

Bon, les vidéos :

1ère partie

Dans l’ordre : convention GRDF, ressources humaines


cm_2016-06-24_p1 par reconquete-parthenay

(suite…)


Communiqué : M. Argenton, que faisiez-vous au temps chaud ?

index

Le Courrier de l’Ouest a publié mercredi 29 juin 2016, un article nourri et très complet au sujet de l’état d’extrême délabrement du patrimoine immobilier municipal, un état de fait que constatent, chaque jour, nos concitoyens. Parthenay, Ville d’Art et d’Histoire, a en effet le «malheur» de posséder un patrimoine très conséquent. Nous avons, bien sûr, une pensée émue pour le calvaire que doivent vivre, comme le maire de Parthenay, ceux de Carcassonne, Saint-Malo ou de Sarlat, probablement également embarrassés par leurs vieilles pierres… Heureusement, toutes les villes ne sont pas gérées de la même façon, certains maires ont même de l’ambition pour elles !
Interrogée sur ce sujet par la journaliste, l’adjointe au patrimoine, Nicole Lambert, apparaît largement dépassée par la réalité d’un parc foncier qui dépérit un peu plus chaque jour.

En effet, de manière chronique, les budgets alloués n’ont pas permis d’assurer le minimum, à savoir la sécurité et l’accessibilité et il aura fallu par exemple attendre un incendie et la chute de quelques blocs de pierre de son clocher pour que l’on s’intéresse à l’état de l’église St Laurent. Sans oublier de rappeler les éboulements qui ont affectés certaines portions des remparts et, les fermetures d’accès qui ont suivi. Nous avions également relayé dans le sixième numéro de MEDIA PARTH, l’état de décrépitude du bâtiment qui accueillait les services de médecine scolaire. Il ne fait aucun doute que le patrimoine n’est actuellement nullement envisagé de façon transversale alors même qu’il devrait être partie intégrante du projet économique de notre ville.

(suite…)


Invitation : pique-nique citoyen ce samedi 2 juillet !

Nous vous invitons au 1er PIQUE-NIQUE CITOYEN de Gâtine. Rendez-vous ce samedi 2 juillet à partir de 19h00, Jardin des Cordeliers à Parthenay
N’oubliez pas votre pique-nique, votre bonne humeur et vos instruments de musique !
Apéritif offert – un cadeau pour les 100 premiers !
pique-nique

Intéressé ? Faites-le nous savoir sur Facebook :


CANTINES SCOLAIRES : + de bio, + de local, c’est possible !

Liens, références et compléments à l’article « CANTINES SCOLAIRES » du MEDIA PARTH n°9

Page en construction... dernière mise à jour le 28 juin 2016

1. Le prix du bio

– le surcoût de l’approvisionnement biologique peut être très diversement apprécié. Les 20 % proposés ici sont plutôt prudents (on par le 10-15 % sur ce site de référence). Un consommateur averti sait également que ce surcoût est bien plus net sur les produits transformés que les produits bruts.

– L’agriculture conventionnelle n’est-elle pas en réalité plus coûteuse, si l’on vient regarder du côté des problèmes de santé (cf. émission « Cash Investigation » du 2 février sur France 2, à revoir sur Francetvinfo) ?

à lire également sur le sujet  : http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/bien-acheter/c.-brusset-les-pratiques-de-l-industrie-agro-alimentaire-sont-scandaleuses.html

– Enfin il faut rappeler, comme Corinne Lepage ici, que le modèle économique de l’agro-industrie est particulièrement dépendant des subventions publiques.

panier

(suite…)


Conseil municipal du 25 mai : les vidéos sont en ligne !

super8

On avait peu goûté l’annonce, tardive, d’un conseil municipal programmé à 18 heures. Avec l’annulation de celui d’avril, nous avons donc eu droit à une séance à l’ordre du jour particulièrement chargé : pas loin de 3 heures de vidéo au final !

À noter, en fin de séance (vidéo 3e partie) l’intervention des parents de Montgazon, inquiets comme vous le savez pour la survie de leur école.

Le compte-rendu « officiel » de la séance est également accessible ici. (Bonne lecture) et bon visionnage !

1ère partie :


cm_2016-05-25_p1 par reconquete-parthenay

(suite…)


Le MEDIA PARTH n°9 est sorti !

mp9_couv

Actuellement en cours de distribution dans toutes les boîtes aux lettres de Parthenay :

  • Dossier de couverture : malbouffe et restauration scolaire, une fatalité ?
  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Linky, le compteur « intelligent »
  • El presidente Favro, vous connaissez ?
  • Rideau sur les Nuits Romanes
  • Et toutes vos rubriques habituelles…

Parthenay, le conseil municipal des retraités

bonne-nuit

Après un conseil municipal qui a duré une heure tout au plus au mois de mars, un conseil municipal annulé au mois d’avril, le prochain conseil municipal aura lieu le mercredi 25 mai à 18 heures. Alors, à moins d’être rétraité ou actif travaillant à Parthenay et finissant au plus tard à 17 h 30, impossible d’y assister.

Le conseil municipal est ouvert à tout citoyen, mais visiblement sous certaines conditions à Parthenay : ne pas travailler…., ne pas avoir de difficultés pour monter les escaliers….

Il est vrai qu’à Parthenay le maire fait du conseil municipal l’antichambre des décisions et non pas le débat démocratique indispensable à toute dynamique pour notre ville.

Pom popopom pom pom, le marchand de sable va passer, vous pourrez continuer à dormir tranquille.


Montgazon, on ne nous dit pas tout, comme d’habitude !

mc-ecole-primaire-montgazon

L’école de Montgazon, futur pôle culturel ? On ne nous a pas tout dit, comme d’habitude !

Passe encore sur la méthode : M. le maire organise « une réunion de concertation » à huis clos, sans donner de documents aux participants et sans leur donner la possibilité de commenter le scénario « officiel » ni de faire des propositions alternatives. Une conception originale de la transparence et de la participation citoyenne.

Passe encore sur le fond, si réellement nous perdons 100 élèves tous les dix ans, il est légitime de repenser le système scolaire de la ville. Elle vieillit, les raisons sont à la fois démographiques, sociologiques et économiques. Notons que M. le maire n’a pas affiché, à notre connaissance, sa part de responsabilité en la matière, alors qu’il est aux commandes de la cité depuis 15 ans.

Passe encore sur les conséquences d’une délocalisation d’activités culturelles à Montagazon, bien qu’elles nous paraissent catastrophiques pour le centre-ville et ses commerces. Nous expliquions, dans un précédent Media Parth, que les communes qui réussissent à revitaliser leur centre-ville multiplient au contraire les flux de population vers le centre en lui donnant mille raisons de s’y rendre.

Mais nous ne passerons pas sur une question simple : si le coût de la rénovation et de la mise en accessibilité de l’école de Montgazon est la cause du départ des élèves, pourquoi cela coûterait-il moins cher à accueillir les enfants du centre de loisirs et des écoles d’arts plastiques et de la musique ? Dans les deux cas, il s’agit d’un établissement qui reçoit du public et doit donc répondre aux normes de sécurité et d’accessibilité.

La réponse est toute aussi simple : parce que M. le maire lorgne sur des recettes potentielles et qu’il change l’affectation des locaux pour cela, car une école primaire n’est pas éligible aux fonds visés. Souvenez-vous… La convention culturelle avec l’État… A moins que ce soit le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) et ses 4 millions d’euros réservés « aux projets innovants en faveur de la jeunesse »… Et si l’État, de cette manière-là, finançait 50 % de la rénovation du bâtiment de Montgazon que M. le maire de Parthenay a abandonné depuis si longtemps ? Bref, celui-ci n’a qu’un objectif : désaffecter l’école de Montagazon pour faire prendre en charge la rénovation du bâtiment par un autre financeur. Comme d’habitude, il agit en fonction du nombre d’œufs qu’il a compté dans le c.. de la poule ! Alors, on a envie de dire : tout ça pour ça ?